KwaZulu-Natal, a western made in South Africa

As part of the partnership between IFTM Top Resa and the AJT (Association of Tourism Journalists), we offer you every day, on a different destination, a focus on tourist treasures that AJT journalists discovered. Created in 1997, the AJT brings together 165 journalists working in the field of tourism, across different media.

One of the most fascinating cultures in South Africa comes from the mythical Zulu people in central and southern KwaZulu-Natal.

No, “isiZulu” does not mean that this language is easy, it is just its name – the spoken and written language here. The Zulus remain the most mythical of all African tribes. Still under the authority of a king, they populate KwaZulu-Natal and its rocky hills with landscapes worthy of a western. From the mountains of the Drakensberg to Mozambique, alternating acacias and stony thickets that black rhinos love to eat. They are concentrated in the Thanda reserve, where you can approach them in a Land Rover guided by a tracker perched on the bumper.

KwaZulu-Natal is named after both the majority ethnic group and the one given five centuries ago by Portuguese navigators, who founded Port Natal, the current Durban with its big surfing waves. The metropolis is not the capital- this honour was given to the more modest Pietermaritzburg, built by the Dutch. These pioneers left only a small chapel in the midst of Victorian streets. Just next door, the KwaZulu- Natal Museum reminds us of the bloody wars with the Zulus.
This fierce and fascinating culture is best immortalized in uMgungundlovu, where the half-sphere huts of yesterday have been reconstructed, as well as in Eshowe, where polyphonies still punctuate war dances. Basketry, fine pottery and pearl jewellery: Eshowe also maintains a unique know-how, which today blends with contemporary creation.

Dominique de La Tour, journalist


Dans le cadre du partenariat entre IFTM Top Resa et l’AJT (Association des journalistes du tourisme), nous vous proposons chaque jour, sur une destination différente, un focus sur des pépites touristiques, que les journalistes de l’AJT ont déniché. Créée en 1997, l’AJT regroupe 165 journalistes, tous médias confondus.

KwaZulu-Natal, le western à la sauce sud-africaine

Une des plus fascinantes cultures d’Afrique du Sud est celle du mythique peuple Zoulou que l’on découvre au centre et au sud du KwaZulu-Natal.

Non, “isiZulu” ne veut pas dire que cette langue est facile, c’est juste son nom – la langue qu’on parle et écrit ici, avec des majuscules au milieu des mots. Les Zoulous restent le plus mythique des peuples d’Afrique. Toujours aux ordres d’un roi, ils peuplent le KwaZulu-Natal et ses collines rocheuses aux paysages dignes d’un western. Des montagnes du Drakensberg au Mozambique y alternent acacias et bosquets pierreux que grignotent les rhinocéros noirs. Ces bêtes se concentrent dans la réserve de Thanda, où vous les approchez en Land Rover, guidé par un pisteur juché sur le pare-choc.

Le KwaZulu-Natal porte à la fois le nom de l’ethnie majoritaire et celui donné il y a cinq siècles par les navigateurs portugais. Ce sont eux qui ont fondé Port Natal, l’actuelle Durban que lèchent les vagues taillées pour le surf. La métropole n’est pas la capitale, honneur laissé à la plus modeste Pietermaritzburg, bâtie par les Hollandais. Ces pionniers n’y ont laissé qu’une menue chapelle au cœur des rues victoriennes mais, juste à côté, le musée du KwaZulu- Natal raconte les sanglantes guerres avec les Zoulous.
Toute une culture, farouche et fascinante, immortalisée à uMgungundlovu, où ont été reconstruites les huttes en demi-sphère de jadis, et à Eshowe, où les polyphonies rythment toujours les danses guerrières. Vannerie, poterie fine et bijoux de perles : Eshowe entretient aussi un savoir-faire unique, qui n’a pas manqué le coche de la création contemporaine.

Dominique de La Tour, journaliste