Les croisières

L’essentiel

520 800 : c’est le nombre de passagers français qui ont embarqué sur une croisière en 2018, soit une hausse de 3,4 % par rapport à 2017, selon la Cruise Lines International Association (CLIA). Le secteur de la croisière retrouve donc des couleurs après trois années consécutives de baisse. La France est le 9e marché mondial de la croisière. 

L’événement

Pollution de l’air, rejet des déchets, surtourisme… : les paquebots de croisières sont depuis plusieurs mois l’objet de virulentes critiques. Face à ce déferlement, les compagnies de croisières organisent la contre-offensive. Par la voix de la CLIA, l’association internationale des armateurs, les compagnies ont souligné que, dès le 12 avril 2018, elles se sont engagées à réduire de 40% leurs émissions carbone d’ici à 2030. Accusées d’utiliser du carburant de piètre qualité, les compagnies ont aussi précisé qu’elles allaient à l’avenir recourir au gaz naturel liquéfié (GNL) qui permet de réduire de près de 100% les émissions de particules fines et de 80% celles d’oxyde d’azote. 21 paquebots de ce type seront construits d’ici 2024. 

Il a dit

“Les Français ne savent pas qu’ils adorent la croisière.”

Georges Azouze, Président de Costa Croisières France

Les chiffres clés

Les croisières courtes, de une à trois nuits, ont le vent en poupe et sont en hausse de 24 % en 2018 (source : CLIA).

En 2018, la Méditerranée centrale et occidentale représente 43,5 % du nombre total de passagers français, 226 000, devant les Caraïbes (23,3 %) et la Méditerranée orientale (12,7 %) selon la CLIA.

La clientèle continue de rajeunir, l’âge moyen d’un croisiériste étant tombé à 49 ans et la tranche d’âge des 20-29 ans représentant désormais 10 % des passagers (source : CLIA).

Premier port de croisières en France, Marseille a accueilli en 2018 près d’1,8 million de passagers pour 530 escales. 

6,7 % : c’est la hausse du marché mondial de la croisière en 2018, à 28,5 millions de passagers. L’Amérique du Nord représente la moitié du marché avec ses 14,2 millions de croisiéristes (+9 %) selon la CLIA.

18 nouveaux navires seront mis en service dans le monde en 2019 (source : CLIA).

3,3 % : c’est la croissance du marché européen de la croisière en 2018, soit 7,17 millions de passagers. L’Allemagne, en hausse de 3 %, détient 39 % des parts de marchés européennes, suivie par la Grande-Bretagne et ses 27 % de parts de marché. La France est 5ème, après l’Italie et l’Espagne, avec 7 % de parts de marché. 

70 % des ventes de croisières sur le marché français sont réalisées par des agences de voyages. 

2 % : c’est la croissance du marché français de la croisière fluviale en 2018, soit 11,3 millions de passagers pour 2,4 millions de nuitées. 

3 questions à Erminio Eschena
Président CLIA France (Cruise Lines International Association)

Comment se comporte votre secteur d’activité en 2019 ?

L’industrie de la croisière continue sa croissance pour cette année 2019. Cette évolution s’affirme aussi bien au niveau mondial qu’européen. Le marché français contribue également à cet essor.      

Quelle est, selon vous, l’évolution la plus marquante de votre secteur (consommateur, réglementation, nouveaux acteurs…) lors des douze derniers mois ?

C’est l’affirmation encore plus importante de la diversité de l’offre pour tous les vacanciers qui bénéficient d’une qualité de prestations inégalée à des tarifs concurrentiels. 

Quels sont les deux défis majeurs auxquels votre secteur est aujourd’hui confronté ?

Entre loisir et innovation technologique, l’industrie de la croisière continue ses efforts et ses investissements majeurs pour la transition énergétique et pour un tourisme maritime et fluvial éco-compatible qui sont au cœur de la stratégie de développement du secteur.


Photo : Moorea, Islands of Tahiti © Paul Gauguin Cruises


Interview ete 2019