Le tourisme de groupe

L’essentiel

10,2 milliards d’euros : c’est le poids du tourisme de groupe, dont 1,6 milliard en France et 8,6 milliards à l’étranger selon une étude réalisée par Protourisme pour Atout France. Pour rappel, un groupe est composé de plus de 10 personnes et part deux jours au minimum, hors voyages d’affaires.

L’événement

Quelque 7,2 millions de personnes ont voyagé en autocar en France en 2017, deux ans après la libéralisation de ce mode de transport, selon le comparateur international d’autocars CheckMyBus, soit une hausse de 16 % par rapport à l’année dernière. Ouibus, la filiale de la SNCF, est redevenue leader en 2017 avec 48 % de parts de marché, devant l’allemand Flixbus (36% ) et Transdev (15 %). Les opérateurs ont mis fin à la guerre des prix de la première année mais la rentabilité n’est toujours pas au rendez-vous. La longue grève de la SNCF au printemps 2018 a donné un coup de fouet au secteur qui devrait enregistrer de très bonnes performances en 2018.

Les chiffres clés

Les voyages de groupe durent en moyenne 4 nuits, sont formés en moyenne toujours de 40 personnes dont la moyenne d’âge est de 38 ans, selon une étude de Groupcorner.

Toujours selon la même étude, 36 % des réservations de voyages de groupe sont faites par les entreprises, 26 % par des associations, 21 % par des agences de voyages et 17 % par des particuliers.

38 % des demandes de groupe concernent la France selon Groupcorner avec sur la première marche du podium Paris, suivie par Lyon et Marseille.

62 % des demandes de groupe concernent l’Europe avec comme trio de tête : la France, l’Espagne et l’Italie, toujours selon Groupcorner.

Pour la France, les demandes de groupe concernent à 23 % des séminaires, à 19 % des voyages scolaires et à 18 % des associations (source : Groupcorner).

L’avion et l’autocar constituent les deux modes de transport privilégiés par les groupes, respectivement par 51 % et 32 % des personnes. Quant au mode d’hébergement, 75 % des voyageurs en groupe optent pour l’hôtel (source : Atout France).

Avant de partir, 62 % des groupes franchissent la porte d’une agence de voyages ou d’un tour-opérateur (source : Atout France).


Jean-Sébastien Barrault FNTV3 questions à Jean-Sébastien Barrault,
Président de la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV)

Comment se comporte votre secteur d’activité en 2018 ?

Le transport routier de voyageur est un secteur dynamique qui recrute chaque année plus de 2 000 salariés supplémentaires. Parmi nos activités, le transport touristique connaît les mêmes variations que l’économie touristique qui repart à la hausse cette année. Quant aux « cars Macron », ils ont transporté plus de 7 millions de passagers en 2017.

Quelle est, selon vous, l’évolution la plus marquante de votre secteur lors des douze derniers mois ?

Le transport de voyageurs est confronté aux mutations importantes que sont la transition énergétique et numérique. Ces défis majeurs engagent les entreprises dans un mouvement de progrès incontournable. Mais elles connaissent en même temps d’importantes difficultés pour recruter. Nous devons donc les accompagner sur tous ces sujets pour les aider à se développer.

IFTM Top Resa fête ses 40 ans cette année, comment souhaiteriez-vous voir évoluer le salon ?

Pour cette 40ème édition, le salon MAP Pro est devenu “La Destination France” au sein d’IFTM Top Resa et aura lieu pour la première fois pendant 4 jours. Nous nous en réjouissons et souhaitons que les autocaristes puissent y découvrir des nouveautés en lien avec leur activité. Cette nouvelle formule nous permet d’imaginer la création d’un véritable « village des autocaristes » pour l’édition 2019, projet en cours de réflexion entre la FNTV et les organisateurs du salon.