Le tour-operating

L’essentiel

3,8 millions : c’est le nombre total de clients des tour-opérateurs français partis dans le cadre d’un voyage à forfait en 2016-2017 selon le Seto (syndicat des entreprises du tour-operating), soit une hausse de 1,8 % par rapport à 2015-2016. Le volume d’affaires s’accroît simultanément de 5,2 % par rapport à la même période, pour dépasser légèrement les 4 milliards d’euros tandis que la recette unitaire moyenne progresse de 3,4 %, à 1 058 euros. Des bons résultats (les meilleurs depuis 10 ans !) qui auraient pu être encore meilleurs si les voyagistes avaient pu disposer de capacités supplémentaires sur l’Europe du Sud notamment.

L’événement

Des clubs labellisés ! Devant le succès de la formule clubs de vacances (4 000 clubs commercialisés sur le marché français), certains TO ont souhaité défendre et valoriser la qualité de leurs produits. TUI France (clubs Marmara et Lookéa), Thomas Cook France (clubs Jet tours et Jumbo), NG Travel (clubs Kappa et Coralia), Fram (Framissima) et Alpitour France (Bravo Clubs) ont ainsi créé en octobre 2017 un label qualité garantie qui repose sur une charte d’engagements (nombre de chambres, d’animateurs…) et un processus de contrôle et de certification très encadré. Ce label concerne aujourd’hui 187 clubs.

Les chiffres clés

2,35 millions : c’est le nombre de clients partis en forfait moyen-courrier en 2016-2017, soit une hausse de 2,1 %, pour un volume d’affaires de 1,95 milliard d’euros, soit une augmentation de 6,4 % (source : Seto).

778 394 clients sont partis en forfait long-courrier en 2016-2017, soit une hausse de 6,8 %, pour un volume d’affaires de 1,73 milliard d’euros, en augmentation de 5,8 % (source : Seto).

Détrônée de son rang de première destination des Français par l’Espagne, la France a attiré 679 944 clients, soit un recul de 4,3 % pour un volume d’affaires en retrait de 3,5 %, à 348 millions d’euros (source : Seto).

En 2016-2017, les 5 destinations moyen-courrier préférées des Français ont été dans l’ordre : les Canaries (340 600 clients), les îles grecques (275 000), l’Espagne continentale (233 800), la Grèce continentale (172 000) et le Maroc (166 700) qui fait son retour dans le top 5 (source : Seto). Sur la même période, la Tunisie (+114,1 %) et l’Egypte (+146,6 %) font un sacré retour !

En 2016-2017, les 5 destinations long-courrier préférées des Français ont été dans l’ordre : la République Dominicaine (92 100 clients), les Etats-Unis (65 900), l’Ile Maurice (61 500), Cuba (51 700) et la Thaïlande (50 800).

Sur le long-courrier, les flops de l’année sont l’Inde (-13 %), les Seychelles (-9,9 %), le Vietnam (-9,6 %) alors que les tops sont le Kenya (+168,8 %), l’Afrique du Sud (+84,2 %) et le Cap Vert (+46,6 %).

Dans le sillage d’une bonne année 2016-2017 (voir plus haut), les tour-opérateurs ont réalisé un hiver 2017-18 record ! Le nombre de clients en voyages à forfait est en augmentation de 6 % entre novembre 2017 et mai 2018, soit 1,57 million de clients (source : Seto).

31 % : c’est le pourcentage des ventes indirectes réalisées au cours de l’hiver 2017-18, soit une baisse de 3 %. Les ventes via leurs sites internet ont progressé de 2,8 % (soit 30 % du total), celles via leurs propres agences de voyages sont en hausse de 1,8 % (soit 22 % du total).


René Marc Chikli3 questions à René-Marc Chikli,
Président du Seto

Comment se comporte votre secteur d’activité en 2018 ?

L’année 2018 est très bien lancée et cela sur toutes les grandes zones géographiques, notamment pour le secteur moyen-courrier avec les grandes destinations de l’Europe du Sud, mais aussi avec une reprise forte des destinations de l’Afrique du Nord et Moyen Orient. La croissance de l’activité des tour-opérateurs, déjà largement positive lors de l’hiver 2017-18, s’amplifie encore sur la saison été 2018.

Quelle est, selon vous, l’évolution la plus marquante de votre secteur lors des douze derniers mois ?

L’année 2018 restera marquée par la mise en place de plusieurs changements majeurs de cadre de travail et les entreprises continuent notamment de s’adapter à la nouvelle Réglementation relative à la protection des données (RGPD) et aux exigences du nouveau Code du Tourisme. Coté institutionnel, les acteurs du tourisme ont réussi de se réunir dans une Confédération (CAT), qui continue d’intervenir dans les dossiers majeurs du tourisme français.

IFTM Top Resa fête ses 40 ans cette année, comment souhaiteriez-vous voir évoluer le salon ?

Continuer d’être une « place de marché » permettant aux acteurs touristiques français et internationaux de se rencontrer et d’échanger dans un cadre convivial, productif et économique.