Le MICE

L’essentiel

8,37 milliards d’euros : telles sont les dépenses des entreprises françaises en 2017 en réunions, conventions et séminaires, soit une hausse de 3,8 % par rapport à 2016 selon le cabinet Coach Omnium.

L’événement

En novembre 2017, Paris a inauguré le plus grand centre de congrès d’Europe, le Paris Convention Center. Ce nouvel équipement devrait en tout cas lui donner un avantage concurrentiel certain. Situé dans l’ancien hall 7 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles, s’étendant sur 72 000 mètres carrés, il abrite une plénière de 5 200 places assises, connecté à 44 000 mètres carrés d’exposition. Des dimensions XXL qui en font le plus grand centre de congrès d’Europe en centre-ville assure Viparis, le gestionnaire du site, et lui permettront d’accueillir des événements comptant jusqu’à 35 000 participants. L’enjeu est en tout cas de taille pour la destination : le marché des congrès génère chaque année 5,5 milliards de retombées économiques pour le territoire, indique la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Les chiffres clés

55 % des professionnels du MICE pensent que l’année 2018 verra une progression de leur activité alors que seuls 3 % pensent qu’elle devrait être en retrait, selon l’étude annuelle de Coach Omnium.

45 % des entreprises ont organisé moins de trois événements dans l’année selon Coach Omnium. Au total, 71 % des entreprises en commandent moins de dix par an.

Seules 1/3 des entreprises organisent plus de 10 séminaires par an malgré leur facilité de gestion selon Coach Omnium.

190 : c’est le nombre de congrès internationaux accueillis par Paris en 2017 contre 196 en 2016, qui se voit ainsi détrôner par Barcelone comme capitale mondiale des congrès selon ICCA.

Mais bonne nouvelle pour Paris : la fréquentation de ces congrès a explosé, passant de 74 586 participants à 112 000 congressistes, représentant une hausse de 55 % du nombre moyen de participants.

Lyon s’adjuge le 58e rang mondial des villes de congrès internationaux selon le classement ICCA, soit un bond de 12 places par rapport à 2016, avec 43 congrès organisés. La troisième ville française du classement est Marseille au 80e rang mondial.

64,5 milliards d’euros : c’est le chiffre d’affaires annuel de la filière événementielle en France qui comprend foires et salons, congrès et festivals.

Chaque année se tiennent sur le territoire 1 150 foires et salons et 2 800 congrès, réunissant un total de 21 millions d’entrées de visiteurs dont 710 000 étrangers.

Seuls 46 % des palais des congrès français sont occupés plus de 200 jours par an selon Coach Omnium.

Les prévisions des palais des congrès français en 2018 sont prometteuses : 35 % d’entre eux estiment que leur activité sera en augmentation et 52 % qu’elle sera identique à celle des deux dernières années (source : Coach Omnium).

Principale faiblesse des palais des congrès français : 56 % d’entre eux trouve l’offre d’hébergement insuffisante dans leur destination (source : Coach Omnium).

Le séminaire idéal selon Bird Office qui a interrogé plus de 1 000 salariés français : il ne doit pas excéder deux jours et doit comprendre moins de 50 personnes. Les activités ludiques sont plébiscitées par 63 % des participants, devant les activités sportives (52 %) et culinaires (40 %).