New Ways of Discovering the Islands of Tahiti

Exclusive Interview: French Polynesia’s Minister for Tourism, International Transport, and Institutional Relations, Nicole Bouteau

This year, French Polynesia’s Minister for Tourism, International Transport, and Institutional Relations, Nicole Bouteau, attended IFTM Top Resa for the first time. We asked her what the key purpose of her visit was.

It was important for me to come and meet with the tour operators and travel agents who sell the destination. In 2016, a little over 39,000 French mainland tourists came to the Islands of Tahiti, and this year we should have around 40,000. It’s a very dynamic market, and I must say that our representatives in Paris do a great job in innovating, targeting a high-end clientele, but also seniors, putting forward a different destination to that for the honeymooners, showing that in Polynesia, one can find more dynamic activities, with adventure or sporting tourism.

The campaign launched two years ago by Tahiti Tourism, “The Islands of Tahiti – Embraced by Mana” is paying off, and showing the true strength of the region, which is the Polynesians, the warmth of their welcome, and our human, natural and cultural heritage, is working well, enabling us to stand out from so-called “competitor” destinations, who also sell over-water bungalows, beach and palm trees.

What about sustainability?

It’s important for us to remind people that French Polynesia was the first country to create a sanctuary for marine mammals, and today it’s the biggest such sanctuary. The concepts of eco-tourism or sustainable tourism are of concern to all the actors and decision-makers of tourism in our islands. The first element is that of blue tourism. We need to design and regulate the development of boating tourism, the nautical charter and floating accommodation in general, but also for luxury yachting as well. Sports practices and nautical tourism activities are at the heart of our offer — almost all of our tourism activity can be related to blue tourism. Each of the sectors is fairly structured, even if it is necessary to make further progress, in particular for the local authorities, the municipalities, where the problems to be solved may sometimes seem complex. On land, we must underline the efforts of operators such as Dick Bailey (eds: Brando, Pacific Beachcomber, Paul Gaugin Cruises, etc.), who developed in Polynesia the first SWAC systems (eds: a pioneering deep seawater air-conditioning system). It’s not just a paradise-like destination; it’s also an important and responsible preoccupation about this nature which is our wealth and which needs to be protected.

WE HAVE EMBARKED ON AN IN-DEPTH OVERHAUL OF OUR ACCOMMODATION REGULATIONS, ALLOWING, AMONG OTHER THINGS, TO DEVELOP AND CREATE A NEW DYNAMIC

How are you getting that message across?

We are organising a number of press fam tours which we believe will enable members of the media to see for themselves what efforts are being made and relate this to their readers.

Are any new air links planned?

Discussions are under way, but we are confronted with another issue in this respect, which is that we are in short supply of accommodations. We have been in a growth phase for three years after the crisis from 2008- 2012, and are now reaching new levels of turnover that had never been reached before, with around 200,000 tourists. The first priority is to develop the offering of accommodation, before taking further steps to expand inbound transport capacity. We have embarked on an in-depth overhaul of our accommodation regulations, allowing, among other things, to create a new dynamic in the medium term in the small family hotel sector, our family pensions, which are one of the key selling points. In the longer term, major hotel development projects, such as the Tahitian Village on Tahiti, and the creation of new hotels, are envisaged in the Society Islands and Tuamotu.

Photo : Nicole Bouteau French Polynesia’s Minister for Tourism, International Transport, and Institutional Relations 


De nouvelles façons de découvrir Tahiti et ses îles

Entretien exclusif avec Nicole Bouteau, ministre du Tourisme, des Transports internationaux, en charge des Relations avec les institutions, de la Polynésie française

Cette année, la ministre du Tourisme, des Transports internationaux, en charge des Relations avec les institutions, de la Polynésie française, Nicole Bouteau, a participé à IFTM Top Resa pour la première fois. Nous lui avons demandé quel était l’objectif principal de cette visite.

Il était important pour moi de rencontrer les tour-opérateurs et les agents de voyages qui vendent la destination. En 2016, un peu plus de 39 000 touristes de métropole se sont rendus dans les îles de Tahiti et, cette année, nous devrions en recevoir environ 40 000. C’est un marché très dynamique et je dois dire que nos représentants à Paris font un excellent travail en innovant, en ciblant une clientèle haut de gamme ainsi que les seniors, en proposant une destination différente pour les jeunes mariés, en montrant qu’en Polynésie on peut trouver des activités plus dynamiques, avec un tourisme d’aventure ou sportif. La campagne lancée il y a deux ans par Tahiti Tourisme, “Tahiti et ses îles – les îles du Mana”, porte ses fruits et montre la véritable force de la région, à savoir les Polynésiens, la chaleur de leur accueil, et notre héritage humain, naturel et culturel. Ça fonctionne bien et ça nous permet de nous démarquer des destinations dites “concurrentes” qui proposent également des bungalows sur pilotis, des plages et des palmiers.

Qu’en est-il de l’éco-responsabilité ?

Il est important pour nous de rappeler que la Polynésie française a été la première à créer un sanctuaire pour les mammifères marins, et c’est aujourd’hui le plus grand du genre. Les concepts d’éco-tourisme ou de tourisme durable sont une réelle préoccupation pour tous les acteurs et décideurs du tourisme dans nos îles. Le premier élément est celui du tourisme bleu. Nous devons concevoir une charte nautique et réglementer le développement du tourisme nautique et de l’hébergement flottant – en général et pour le yachting de luxe. Les pratiques sportives et les le tourisme nautique sont au coeur de notre offre – presque toutes nos activités touristiques peuvent être liées au tourisme bleu. Chacun des secteurs est assez structuré, même s’il est nécessaire de progresser davantage, en particulier pour les autorités locales et les municipalités où les problèmes à résoudre peuvent parfois paraître complexes. Nous devons souligner les efforts de personnes telles que Dick Bailey (Le Brando, Pacific Beachcomber, Paul Gaugin Cruises – NDLR) qui a développé en Polynésie les premiers systèmes SWAC (un système pionnier de climatisation par les eaux profondes – NDLR). Il ne s’agit pas seulement d’une destination paradisiaque ; c’est aussi une préoccupation importante et responsable à l’égard de cette nature qui est notre richesse et qui doit être protégée.

NOUS AVONS ENTREPRIS UNE RÉVISION APPROFONDIE DE NOS RÈGLEMENTS D’HÉBERGEMENT PERMETTANT, ENTRE AUTRES, DE CRÉER UNE NOUVELLE DYNAMIQUE

Comment diffusez-vous ce message ?

Nous organisons un certain nombre de voyages de presse qui, selon nous, permettront aux médias de voir par euxmêmes les efforts déployés et de les rapporter à leurs lecteurs.

De nouvelles liaisons aériennes sont-elles prévues ?

Des discussions sont en cours, mais nous sommes confrontés à un autre problème, à savoir que notre offre d’hébergements est insuffisante. Nous avons été en croissance pendant trois ans après la crise de 2008-2012 et nous atteignons maintenant, avec environ 200 000 touristes, de nouveaux volumes de visiteurs qui n’avaient jamais été atteints auparavant. La première priorité est de développer l’offre d’hébergement avant d’augmenter la capacité d’arrivées via les transports. Nous avons entrepris une révision approfondie de nos règlements d’hébergement permettant, entre autres, de de créer une nouvelle dynamique à moyen terme dans le secteur des petits hôtels de famille, nos pensions familiales, qui constituent l’un de nos principaux arguments de vente. À plus long terme, de grands projets de développement hôtelier sont envisagés, comme le Village Tahitien à Tahiti et la création de nouveaux hôtels sur les Îles de la Société et les Îles Tuamotu.

Photo : Nicole Bouteau, Ministre du Tourisme, des Transports internationaux, en charge des Relations avec les institutions, de la Polynésie française