Le E-Tourisme

L’essentiel

7,5 % : C’est la hausse du marché du voyage en ligne en France en 2016 selon une estimation de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Avec un chiffre d’affaires de 20,1 milliards d’euros, il représente le premier secteur du e-commerce qui totalise 72 milliards d’euros, loin devant la vente de produits de grande consommation (4,9 milliards d’euros) et l’habillement (4,4 milliards d’euros).

L’événement

En 2016, les start-up françaises du tourisme ont levé 92 millions d’euros d’après une étude menée par Keyrus Innovation Factory. Sur les 20 secteurs analysés, le tourisme est ainsi le 9ème secteur le plus dynamique, loin derrière celui des infrastructures et du cloud (340 m €), du divertissement (305 m €) ou de l’internet des objets (196 m €). Parmi les plus belles levées de fonds dans le tourisme, identifiées par l’Echo Touristique, figurent le spécialiste de la billetterie aérienne MisterFly (20 m €) et la plateforme du voyage sur mesure Evaneos (18 m €). Okko Hotels et Homerez ont de leur côté annoncé des tours de table d’environ 4 millions d’euros.

Les chiffres clés

77 % des Français partis en séjours en 2016 ont préparé leur voyage sur internet selon le baromètre du cabinet Raffour Interactif pour Opodo.

50 % des Français partis en 2016 ont réservé tout ou partie de leurs séjours de loisir sur Internet, en payant intégralement en ligne, toujours selon le baromètre de Raffour Interactif.

53 % des préparations ou réservations de voyage ont été réalisées en 2016 sur mobile ou tablette (m-tourisme), soit une hausse record de 14 points par rapport à 2015, selon Raffour Interactif.

53 % des ventes de voyages en B2B ont été effectuées en ligne en 2016 selon la FEVAD. L’e-tourisme s’impose ainsi comme le premier secteur du e-commerce entre professionnels. Le voyage devance les fournitures et équipements de bureau et les matériels informatiques.

31 % des e-acheteurs ont eu recours en 2016 à la réservation d’hébergement auprès de particuliers selon la FEVAD, et 24 % des e-acheteurs ont utilisé les plateformes spécialisées dans le covoiturage. Le collaboratif poursuite donc sa croissance.

13 millions

C’est le nombre de visites par mois enregistré en 2016 par Voyages-sncf.com, suivi de Tripadvisor (12,4 millions de visites), Booking (10 millions), Airbnb (6,94 millions) et Expedia (4,58 millions).

58 % des Français n’ont jamais entendu parler des chatbots, ces programmes d’intelligence artificielle utilisés via des applications de conversation instantanée, selon une étude du comparateur Kayak. Sans surprise, 57 % des 18-34 ans déclarent savoir de quoi il s’agit, contre seulement 21 % des plus de 55 ans.

99 %

C’est le taux d’abandon de panier sur les sites de voyages selon une étude de Ve Interactive. 3 raisons : le montant conséquent du panier moyen qui amène à de multiples comparaisons et hésitations, les frais supplémentaires comme les frais de dossier et l’obligation de créer un compte client complet.


3 questions à Frédéric Vanhoutte Président de level.com

Comment se comporte votre secteur d’activité en 2017 ?

Les acteurs digitaux accompagnent la reprise que semble connaître avec constance notre industrie. Avec les performances du collaboratif, le mobile qui croît sans faiblir, les acteurs en ligne se portent bien. Quant aux tendances d’usage, elles se confirment en matière de recherche d’informations voyageur et de services nouveaux (prédictif, paiement en plusieurs fois sans frais…).

Quelle est, selon vous, l’évolution la plus marquante de votre secteur lors des douze derniers mois ?

Le prédictif est assurément entré dans les mœurs (Easyvoyage, Misterfly, Kayak…) avec une flexibilité d’achat nouvelle attribuée aux consommateurs et qui entrave le suprême pouvoir des yield managers. Trips, de son côté, enrichit la recherche personnalisée du voyageur Airbnb et fragilise l’offre des tour-opérateurs traditionnels, pour partie. Nous n’avons encore rien vu.

Quels sont les deux défis majeurs auxquels votre secteur est confronté ?

La guerre de l’hébergement commence à peine. Les fédérations, les plateformes, les acquisitions, les nouveaux entrants font l’actualité quotidienne. Sur l’outgoing (mais aussi incoming), l’un des défis sera l’effet longue traîne de l’hébergement. Il y a là des sources inouïes de revenus et de services. Un autre défi sera de faire collaborer, enfin, les institutionnels avec les marchands pour une offre accueil plus efficace, plus performante et plus rémunératrice. Avec les Jeux Olympiques en vue, il n’est que temps •